Fusion des constructeurs ferroviaires Alstom et Siemens

Le 26 septembre dernier, les deux constructeurs ferroviaires Alstom et Siemens ont annoncé officiellement leur fusion. Un mariage qui fait naître les craintes chez leurs salariés ainsi que chez les élus et les syndicats.

Les termes de ce protocole

Suite à la signature de ce protocole d’accord, le constructeur français et le conglomérat allemand partageront désormais, à parts égales, la totalité de leurs activités de mobilité.

Ainsi, Siemens et Alstom détiennent chacun 50 % du capital de l’ensemble nouvellement créé. Ce dernier se compose de l’actuel Alstom auquel sont venus s’ajouter les activités matériel roulant, signalisation et systèmes ferroviaires de Siemens.

Le nouveau siège se situe à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis. La nouvelle entreprise affiche dans les 15 milliards d’euros de chiffres d’affaires ainsi que plus d’1 milliard de résultats d’exploitation. Même si la société appartient à 50 % à Siemens, c’est Henri Poupart-Lafarge, actuel PDG d’Alstom qui dirigera les opérations du groupe.

Rappelons que l’Etat français siège déjà au conseil d’administration d’Alstom par le biais d’actions prêtées par Bouygues. Après la fusion, il s’est engagé à arrêter le prêt de titres d’ici le 17 octobre 2017 et qu’il ne fera pas valoir les options d’achat proposées par Bouygues.

Alstom et Siemens

Les craintes sont-elles fondées ?

Alors que les salariés des deux entreprises craignent pour leur travail, les élus et les syndicats craignent de perdre ce fleuron de l’industrie française en faveur des Allemands.

Le secrétaire d’Etat affirme toutefois que l’Etat veillera à ce qu’il s’agisse d’un mariage entre égaux et qu’Alstom restera aux mains de la France.

Il a également évoqué quelques garanties concernant les termes d’emploi et de gouvernance lesquelles seront rapportées sur le contrat. Pour information, Alstom compte aujourd’hui 32 800 salariés tandis que Siemens en compte 27 000.

Le ministre de l’économie se montre également rassurant et affirme que cette fusion n’est pas seulement avantageuse d’un point de vue industriel, mais aussi en termes de préservation de l’emploi sans compter qu’à eux deux, Alstom et Siemens, deviendront rapidement champion mondial de la construction et de la signalisation ferroviaires.

Malgré ces beaux discours, les Républicains sont choqués en évoquant que le Président brade la France.

Pour les salariés, cette situation est très inquiétante surtout que les Allemands ont une large avance sur la France en matière d’automatisation et de signalisation ferroviaire de pointe. D’ailleurs, Siemens affiche une marge opérationnelle de trois points de plus qu’Alstom.

Bien sûr, le protocole d’accord stipule que les deux entreprises détiennent des parts égales, mais les représentants des salariés français souhaitent militer pour que l’Etat acquière plus de parts. Une clause stipule d’ailleurs que la puissance publique peut acquérir 20 % d’Alstom auprès de Bouygues.

Si on se réfère aux situations géographiques, les deux entreprises sont sur le même pied d’égalité. Du côté d’Alstom, sa seule usine allemande se situe à Salzgitter tandis que les sites d’assemblage de Siemens en Europe se situent tous outre-Rhin.

Related Posts

  • 50
    Dernièrement, la Commission européenne a reçu une plainte de la part de l’Association des producteurs de biodiesel européens ou EBB concernant les importations en biodiesel venant d’Argentine. Une affaire de favoritisme Des subventions offrent aux exportateurs argentins le privilège de proposer leur biodiesel à des prix beaucoup plus bas par…
    Tags: l, d
  • 38
    L’Allemand Thyssenkrupp et l’Indien Tata Steel ont décidé de fusionner à partir de l’année prochaine. C’est un mariage qui s’annonce grandiose puisque les deux industriels prévoient des synergies de 400 à 600 millions d’euros par an. La fusion a toutefois un prix, la suppression de 4 000 postes qui équivalent…
    Tags: d, l
  • 30
    Honeywell International, au capital de 109 milliards de dollars; est présent dans les branches aéronautique, défense, sécurité pour l’industrie et l’habitation, matériaux spéciaux et engrais et efficacité énergétique. Malgré une bonne réputation, elle a du mal à égaliser ses concurrents en matière d’automation industrielle. Pour remonter la pente, elle projette…
    Tags: l, d

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *